Découvrir la ville> L'ancienne église

L’ancienne église de la Platière, car elle était située place de la Platière, aujourd’hui place Clémenceau, a été démolie en 1885 pour cause de vétusté.

La démolition de cette église remarquable était devenue nécessaire du fait de fondations trop peu solides qui remontaient, semble-t-il, au XIIe siècle.
Vers 1880, la flèche du clocher étant tombée (après 1800), ce vénérable édifice est considéré malsain, malpropre et humide. Bien que composé de plusieurs styles, l’intérieur paraissait harmonieux et l’on remarquait surtout deux piliers fort élancés d’où partaient des gerbes de nervures qui s’épanouissaient sur les voûtes du choeur et des deux transepts. Cette partie de l’église datait du XVe siècle. Des réparations importantes avaient été faites au XVIe siècle et l’on avait construit à cette époque plusieurs chapelles, dont les sculptures étaient assez fines.


L'église de La Platière, démolie en 1885
L’église de La Platière, démolie en 1885


En 1658, un rapport d’une visite paroissiale nous indique qu’il existe 16 chapelles dans l’église.

Statue de Saint-Georges terrassant le dragon
JPG

Cette sculpture provient de l’ancienne église paroissiale de Saint-Héand. Elle illustre le combat de saint-Georges contre le dragon, symbole des forces du mal. Le saint en armure, monté sur un cheval, pointe son épée vers le monstre dont on distingue la gueule ouverte et les ailes palmées. Le mouvement dynamique qui anime le groupe vise à mettre en relief toute la fougue de cette scène : le cheval dressé sur ses pattes arrière (les pattes avant ayant disparu), le geste de saint-Georges penché en avant et rejetant son bras droit vers l’arrière pour mieux brandir son épée en direction du monstre. La composition très pensée concourt évidemment à cette dynamique et à cet antagonisme : les directions principales du dragon accompagnent celle de l’épée, tandis que celles du cheval et du cavalier s’y opposent en diagonale. Le patronage de ce saint semble souvent avoir été recherché par les gens de guerre.
 [1]

Matériau : calcaire
Époque : XV ème siècle
Hauteur : 73 cm

En 2003, sous l’égide du Ministère de la Culture et de la Communication, l’association Restaurateurs Sans Frontière a procédé à la restauration et à la consolidation de la statue qui fut montrée dans le cadre de l’exposition "Restauration et Restitution du Beau" en 2004 à Pommiers-en-Forez.

Statue du Christ bénissant




Époque : XVI ème siècle
Hauteur : 60 cm

Ces deux statues sont classées parmi les Monuments Historiques par arrêté du Ministère de la Culture et de la Communication en date du 9 novembre 1978.

Notes

[1] Sources : A. CARCEL, R. BOUILLER - La légende dorée forézienne, 1994.

MAIRIE - BP 20002 - 42570 SAINT-HEAND CEDEX - Tel 04 77 30 41 23 - Fax 04 77 30 97 28